Donner le temps, 2

Derrida, Jacques


  • Éditeur : Seuil
  • Collection : Bibliothèque Derrida
  • Date de parution : 2021-06-10
  • ISBN : 9782021477412
  • Nombre de pages : 229
  • Prix : 42,95 $ *

  • Disponible : Le livre est à la librairie. Contactez-nous pour le réserver.

Feuilleter ce livre


Résumé

Dans ce second tome inédit, le philosophe examine la place particulière du don dans la pensée d'Heidegger. Il s'intéresse particulièrement à l'usage de l'idiome allemand es gibt, par lequel il met en évidence la question de la temporalité du don. Il élabore alors une conception originale du don ou donner devient synonyme d'impossible.

Quatrième de couverture

« Donner, est-ce possible ? »

C'est la question que pose Jacques Derrida dans Donner le temps. 1. La fausse monnaie (1991). Un don ne peut jamais s'annoncer comme tel. Dès lors qu'il engage dans le cercle de l'échange économique et de la dette, le don semble s'annuler dans l'équivalence symbolique qui l'aura toujours réduit à l'objet d'un calcul, d'une ruse qui prétend donner généreusement mais non sans attendre quelque récompense en retour. Un don, s'il y en a, ne peut jamais se faire présent, c'est-à-dire qu'il ne peut jamais se présenter ni pour le donataire ni pour le donateur. Pour donner - si une telle chose est possible - il faudrait, peut-être, renoncer au présent.

Indiqué comme un premier tome, Donner le temps en promettait clairement un second à venir. Le présent volume fournit les éléments de cette pièce manquante en donnant à lire les neuf dernières séances du séminaire donné par Jacques Derrida à l'École normale supérieure en 1978-1979 sous le titre « Donner - le temps ». Après être passé par des lectures de Baudelaire, Mauss, Benveniste, Lévi-Strauss et Lacan, Jacques Derrida tourne son attention vers la présence subtile mais décisive du don chez Heidegger, lisant des textes qui sont parmi les plus riches et les plus énigmatiques de son corpus, dont L'Origine de l'oeuvre d'art, La Chose, Être et Temps et, surtout, Temps et Être. Suivant la trace de l'expression allemande « es gibt » (« il y a », plus littéralement « ça donne ») dans la pensée heideggérienne, Derrida donne à penser quelque « chose » qui n'est pas (une chose) mais qu'il y a, ainsi qu'un donner encore plus originaire que le temps et l'être.


* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Partager

Pas d'évènements pour le moment.

Voir les évènements précédents