Archives de catégorie : Discussion

Café Histoire – Femmes et/en histoire: savoirs et combats

Le jeudi 8 mars à 17h30

Texte repris de l’événement Facebook.

À partir de la fin des années 1960 et du début des années 1970, des historiennes ont commencé à montrer que « les femmes sont dans l’histoire, les femmes ont une histoire et les femmes font l’histoire » (Dumont, 2001). Dans les décennies qui ont suivi, les champs de l’histoire des femmes et du genre sont devenus foisonnants et ne cessent encore aujourd’hui de s’enrichir et de se développer – la multiplication et la popularité grandissantes des séminaires, cours, recherches, colloques, etc. liés à ces domaines venant le prouver.

Toutefois, force est de constater que « si les recherches en histoire des femmes menées au cours des dernières décennies ont contribué à faire émerger un nouveau champ de connaissance, celui-ci n’a toujours pas été intégré dans l’histoire officielle » (Dumont, 2013). Certes, le champ de l’histoire des femmes et du genre n’est pas marginal ni négligé. Car même si, comme le soutenait Andrée Lévesque en 2012, « quiconque est familier avec les recherches nombreuses en histoire des femmes tente d’intégrer les femmes à l’histoire et non pas de les laisser dans la marge », il reste encore du chemin à faire pour transformer à la fois la discipline historique et la mémoire collective.

L’histoire des femmes a un pouvoir mobilisateur et est un puissant instrument de conscientisation (Dumont, 2011). Elle est essentielle pour comprendre les changements sociaux et politiques actuels et donner des outils aux femmes pour se projeter dans l’avenir. Elle est politique. Nous voulons réfléchir aux questions des savoirs et des combats des femmes en histoire et dans l’histoire.

Nous croyons que d’ouvrir une discussion, dont le point de départ est l’ouvrage de Micheline Dumont: « Pas d’histoire, les femmes! Réflexions d’une historienne indignée » (Éditions du remue-ménage, 2013), entre des historiennes de différentes générations peut contribuer aux transformations que nous souhaitons voir s’opérer au sein de la discipline historique. Nous vous invitons à vous joindre à Christine Chevalier-Caron, Adèle Clapperton-Richard, Micheline Dumont, et Andrée Lévesque afin d’assister et de prendre part à ce dialogue le 8 mars, Journée internationale des femmes. L’événement se tiendra à la librairie Zone Libre dans le cadre d’un Café Histoire et prendra la formule d’une table ronde, suivie d’une période de questions ouvertes et d’une discussion avec le public.

La table ronde avec les interventions de :

  • Christine Chevalier-Caron, Candidate au doctorat en histoire à l’UQAM, coordonnatrice au groupe de recherche Histoire, femmes, genre et migrations
  • Adèle Clapperton Richard, Candidate à la maîtrise en histoire à l’UQAM
  • Micheline Dumont, historienne
  • Andrée Lévesque, historienne

La discussion sera animée par Magda Fahrni, professeure au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal.

[livre_vignette isbn= »9782890914476″]


Référence de la photo : Manifestation inter-centrale lors de la Journée des femmes, Parc Préfontaine, sortie du métro Préfontaine, Montréal / Henri Rémillard – 1979 . BAnQ Vieux-Montréal COTE : E6,S7,SS1,D790277 À 790278.

Lancement – Le véganisme (Que sais-je?) avec Valéry Giroux

Le mardi 24 octobre à 18h

La librairie et la coauteure, Valéry Giroux, ont le plaisir de vous convier au lancement du Que sais-je? sur le véganisme.

Un vin d’honneur et des bouchées végétaliennes seront servis.

[livre_vignette isbn= »9782130749479″]

Le livre traite du véganisme, ce mouvement social et politique dont les membres visent la fin de l’exploitation animale.

Le véganisme est le mode de vie consistant à refuser les produits ou les services ayant impliqué l’exploitation d’un animal. Il est aussi et surtout un mouvement social et politique visant plus largement l’émancipation des animaux. Constitué à proprement parler au milieu du XXe siècle, le mouvement végane se présente comme une contestation du carnisme, idéologie si ancrée qu’elle a souvent échappé à toute remise en cause. Même si les animaux « non humains » sont exploités et tués dans des proportions jusqu’ici inégalées, les consommateurs se révèlent de plus en plus sensibles à leur sort, de même qu’aux arguments des véganes, qui popularisent les travaux des théoriciens de la libération animale ou des droits des animaux, ainsi que les dernières découvertes en matière de nutrition et de sciences de l’environnement. L’avènement de la société que les véganes espèrent (et qu’ils préfigurent grâce à leurs pratiques quotidiennes) reposerait sur une conception élargie de la justice impliquant l’ensemble des êtres doués de sensibilité.


Crédit photo : Noémie Leboeuf

Docteur en philosophie (éthique animale), Valéry Giroux est coordinatrice du Centre de recherche en éthique (CRÉ), professeur associée en droit de l’Université de Montréal et professeur en philosophie à l’Université de Sherbrooke.

Lancement – L’université : fin de partie et autres écrits à contre-courrant

Le mercredi 13 septembre à 18h

Les Éditions Varia et la librairie sont heureuses de vous convier au lancement du livre de Jacques Pelletier L’université : fin de partie et autres écrits à contre-courrant.

Frédérique Bernier, Julien Lefort-Favreau, Julia Posca et Simon Tremblay-Pépin se réuniront autour de l’auteur pour une table ronde.

[livre_vignette isbn= »9782896060825″]

Résumé de l’éditeur :
« Décrite par plusieurs comme un paquebot à la dérive, balloté sur une mer déchaînée, l’université aurait-elle atteint le stade terminal, celui du naufrage définitif ? La question peut paraître paradoxale, sinon contradictoire, au vu de son expansion et de sa diversification, au rythme de la croissance de la demande de main d’oeuvre ultra spécialisée que requiert le marché du travail et de la prolifération des besoins nouveaux générés par notre société d’hyperconsommation. Cette déferlante risque toutefois de s’avérer un leurre, dissimulant et masquant la disparition de l’idée fondatrice de l’université telle que nous l’avons connue jusqu’ici et des formes institutionnelles concrètes dans lesquelles elle s’est incarnée historiquement. Une fin de partie définitive de ce pilier fondamental de nos sociétés modernes, sa mise à mort, est donc tout à fait plausible et on peut craindre hélas qu’il ne restera bientôt plus que le requiem d’une université défunte à entonner, à moins d’un très improbable sursaut. C’est la thèse centrale que défend l’auteur qui aborde également d’autres question sensibles, dont les rapports entre le nationalisme identitaire et la xénophobie, et plus particulièrement l’islamophobie dans le Québec d’aujourd’hui : réalités indépendantes ou liées par des relations de causalité, directe ou indirecte, et de quel ordre ? »

Lancement – Cahiers des imaginaire No13

Le mardi 16 mai à 18h

Le GRIPAL a le plaisir de vous convier au lancement des Cahiers des imaginaires No 13 : « Légitimation et délégitimation des pourparlers de paix en Colombie dans les journaux télévisés » de Yeny Serrano, professeure assistante de l’Université de Strasbourg.

Suite à la présentation, Alberto Florez-Malagon de l’Université d’Ottawa soulèvera des points de discussion pour ouvrir le débat.

Le débat sera animé par Marie-Christine Doran de l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa.

Un vin et fromage sera offert à la fin du débat et des Cahiers seront proposés à la vente.

*Photographie : Jesús Abad Colorado, Comuna 13, Medellin – Colombie 2002

Café Histoire – La révolution abolitionniste avec Olivier Grenouilleau

Le mercredi 26 avril à 17h

Olivier Grenouilleau est professeur d’histoire à l’Institut d’Études Politiques de Paris et spécialiste des traites négrières. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage remarqué Les Traites négrières. Essai d’histoire globale paru en 2004, où il aborde les différents visages de la traite, trop souvent réduite à la traite occidentale. Ses travaux le placent ainsi au cœur du débat entre histoire et mémoire et des réflexions sur les usages politiques et mémoriels de l’histoire.

Le mercredi 26 avril 2017, il présentera à la librairie son dernier livre intitulé La révolution abolition​nis​te (Gallimard, 2017), nouvelle étude d’histoire globale dans laquelle il aborde la douloureuse histoire de l’esclavage et de sa longue et difficile abolition à partir du xviiie siècle.

Discussion animée par Benjamin Deruelle, professeur d’Histoire moderne à l’UQAM.

Cet événement est organisé par le Groupe de recherche en histoire des sociabilités – GRHS et le Département d’histoire de l’UQAM.


[livre_vignette isbn= »9782070147564″]
[livre_vignette isbn= »9782070339020″]
[livre_vignette isbn= »9791021003354″]
[livre_vignette isbn= »9782070786176″]

CAFÉ Histoire – Droites extrêmes en Amérique du Nord : passé et présent

Le mercredi 12 avril à 17h

Deuxième Café Histoire, organisé en collaboration avec le Département d’histoire de l’UQAM.

La montée de la droite inquiète. Pour bien en mesurer la portée, nous vous invitons à venir en explorer l’histoire pour mieux comprendre son développement sur notre continent et les conditions qui l’ont vu se développer.

Table ronde avec les interventions de :

  • Pierre-Luc Brisson, historien, doctorant à l’UQAM, auteur de L’Âge des démagogues: entretiens avec Chris Hedges
  • Jean-Francois Nadeau, historien et journaliste
  • Frédérick Nadeau, anthropologue, doctorant à l’INRS
  • Maxime Wingender, historien, professeur d’histoire.

La discussion sera animée par Piroska Nagy, historienne, UQAM.


[livre_vignette isbn= »9782895962359″]
[livre_vignette isbn= »9782895961000″]
[livre_vignette isbn= »9782035826220″]
[livre_vignette isbn= »9782845975712″]
[livre_vignette isbn= »9782081354906″]

Lancement – Nouveaux cahiers du socialisme : Démocratie, entre dérives et décomposition

Le jeudi 23 mars à 18h

La librairie et les Nouveaux Cahiers du socialisme vous convient au lancement du numéro 17 : Démocratie, entre dérives et décomposition.

La soirée sera animée par Judith Trudeau des NCS.

Nous aurons la chance, pour l’occasion, d’entendre ces invité.e.s :

  • Pascale Dufour de l’Université de Montréal
  • Jonahtan-Durand Folco de l’Université St-Paul
  • Donald Cuccioletta de l’UQO

Zoopolis: une théorie qui a révolutionné les droits des animaux

Le jeudi 2 mars à 18h

Dans le cadre de la traduction française (éditions Alma), la librairie vous convie à une discussion avec des experts en éthique animale. Il sera notamment question du tournant politique des droits des animaux, de la démocratie et de l’autonomie animales, du problème de l’extinction des animaux domestiqués et de protection de l’environnement et du respect envers les communautés animales sauvages.

Le livre «Zoopolis. A Political Theory of Animal Rights», de Sue Donaldson et Will Kymlicka, est paru il y a six ans et certaines personnes comparent déjà son impact à la publication de «La libération animale» de Peter Singer en 1975.

Participant-e-s:
Christiane Bailey (doctorante à l’Université de Montréal)
Frédéric Côté-Boudreau (doctorant à Queen’s University)
Valéry Giroux (coordonnatrice du Centre de recherche en éthique)
– Vincent Duhamel (professeur de philosophie au collégial)

L’évènement est gratuit et sera suivi d’une période de discussion avec le public.

[livre_vignette isbn= »9782362792052″]
[livre_vignette isbn= »9780199673018″]


Illustration de couverture :
A Coffee Break © Hartmut Kiewert
http://hartmutkiewert.de/

Table ronde – Sous la ceinture. Pour vaincre la culture du viol

Le mardi 29 novembre à 17h30

Les éditions Québec-Amérique et la Librairie Zone Libre vous convient à une table ronde autour du collectif « Sous la ceinture : Unis pour vaincre la culture du viol ».

Participantes :

– Nancy B. Pilon
– Julie Artacho
– Jennifer Sidney

L’entrée est libre et gratuite.

[livre_vignette isbn= »9782764432037″]

« Plus qu’un recueil d’éditoriaux, cet ouvrage peut, nous en sommes convaincus, constituer un outil de réflexion privilégié pour des lectorats réticents, les amenant notamment par le biais de la fiction à aborder avec ouverture des enjeux qui polarisent facilement. Les Éditions Québec Amérique sont interpelées par la volonté de Mme B.-Pilon de questionner, de concert avec des collaborateurs d’horizons variés, la fatalité de la culture du viol, qui semble admise par un trop grand nombre. C’est en diffusant des pensées constructives, responsabilisantes et inclusives qu’il nous apparaît possible de contribuer à cette évolution sociétale. Considérant la présence actuelle de ces enjeux sur la place publique et le besoin criant d’avancer, de dépasser le stade de la critique et de l’attentisme, nous désirons voir ce recueil entre les mains des lecteurs et lectrices dès que possible. »

Table ronde + lancement • La pensée féministe noire

Le vendredi 25 novembre à 18h

Pour souligner la parution en français de ce classique de Patricia Hill Collins, LA PENSÉE FÉMINISTE NOIRE, les Éditions du remue-ménage vous convient à une soirée de lancement à la Librairie Zone Libre.

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1288136277898808/

Venez célébrer l’arrivée de ce livre-événement en assistant à une table ronde qui réunira Patricia Hill Collins (via Skype), Marie-Eveline Belinga, Agnès Berthelot-Raffard, Naïma Hamrouni ainsi que Diane Lamoureux, traductrice de l’ouvrage.

[livre_vignette isbn= »9782890915657″]

« Confrontées à une société sexiste et raciste qui leur impose des images stigmatisantes d’elles-mêmes, les femmes noires des États-Unis n’en ont pas moins une longue histoire de résistances. Dans cet essai incontournable enfin traduit en français, Patricia Hill Collins nous offre une synthèse impressionnante de cette tradition d’oppression et de militantisme. »