Café Histoire – Femmes et/en histoire: savoirs et combats

Le jeudi 8 mars à 17h30

Texte repris de l’événement Facebook.

À partir de la fin des années 1960 et du début des années 1970, des historiennes ont commencé à montrer que « les femmes sont dans l’histoire, les femmes ont une histoire et les femmes font l’histoire » (Dumont, 2001). Dans les décennies qui ont suivi, les champs de l’histoire des femmes et du genre sont devenus foisonnants et ne cessent encore aujourd’hui de s’enrichir et de se développer – la multiplication et la popularité grandissantes des séminaires, cours, recherches, colloques, etc. liés à ces domaines venant le prouver.

Toutefois, force est de constater que « si les recherches en histoire des femmes menées au cours des dernières décennies ont contribué à faire émerger un nouveau champ de connaissance, celui-ci n’a toujours pas été intégré dans l’histoire officielle » (Dumont, 2013). Certes, le champ de l’histoire des femmes et du genre n’est pas marginal ni négligé. Car même si, comme le soutenait Andrée Lévesque en 2012, « quiconque est familier avec les recherches nombreuses en histoire des femmes tente d’intégrer les femmes à l’histoire et non pas de les laisser dans la marge », il reste encore du chemin à faire pour transformer à la fois la discipline historique et la mémoire collective.

L’histoire des femmes a un pouvoir mobilisateur et est un puissant instrument de conscientisation (Dumont, 2011). Elle est essentielle pour comprendre les changements sociaux et politiques actuels et donner des outils aux femmes pour se projeter dans l’avenir. Elle est politique. Nous voulons réfléchir aux questions des savoirs et des combats des femmes en histoire et dans l’histoire.

Nous croyons que d’ouvrir une discussion, dont le point de départ est l’ouvrage de Micheline Dumont: « Pas d’histoire, les femmes! Réflexions d’une historienne indignée » (Éditions du remue-ménage, 2013), entre des historiennes de différentes générations peut contribuer aux transformations que nous souhaitons voir s’opérer au sein de la discipline historique. Nous vous invitons à vous joindre à Christine Chevalier-Caron, Adèle Clapperton-Richard, Micheline Dumont, et Andrée Lévesque afin d’assister et de prendre part à ce dialogue le 8 mars, Journée internationale des femmes. L’événement se tiendra à la librairie Zone Libre dans le cadre d’un Café Histoire et prendra la formule d’une table ronde, suivie d’une période de questions ouvertes et d’une discussion avec le public.

La table ronde avec les interventions de :

  • Christine Chevalier-Caron, Candidate au doctorat en histoire à l’UQAM, coordonnatrice au groupe de recherche Histoire, femmes, genre et migrations
  • Adèle Clapperton Richard, Candidate à la maîtrise en histoire à l’UQAM
  • Micheline Dumont, historienne
  • Andrée Lévesque, historienne

La discussion sera animée par Magda Fahrni, professeure au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal.

Pas d'histoire, les femmes!. Réflexions d'une historienne indignée
Dumont, Micheline
Remue-ménage
ISBN 9782890914476
21.95 $Disponible

Référence de la photo : Manifestation inter-centrale lors de la Journée des femmes, Parc Préfontaine, sortie du métro Préfontaine, Montréal / Henri Rémillard – 1979 . BAnQ Vieux-Montréal COTE : E6,S7,SS1,D790277 À 790278.