Tous les articles par Jean-François

Rencontre avec Patrick Senécal – Metropolis Bleu

Le mardi 24 avril 2018 à 17h

À l’occasion de la parution de son dernier roman aux Éditions Alire, Il y aura des morts, Patrick Senécal, l’un des maîtres québécois de la littérature de genre, rencontre ses lecteurs à la Librairie Zone Libre.

Consultez l’événement Facebook.

Il y aura des morts
Senécal, Patrick
ALIRE
ISBN 9782896151639
32.95 $Disponible

« À huit heures vingt-quatre, ce vendredi 12 août 2016, Carl Mongeau émerge du sommeil sans se douter qu’aujourd’hui, sa vie basculera dans un cauchemar paranoïaque. Même si, comme tout le monde, il connaît son lot de petits problèmes et d’irritations diverses, il mène une existence somme toute frappée par les sceaux de la quiétude et de la sérénité, mais dans moins de neuf heures, ceux-ci disparaîtront, et ce, de façon définitive. » Pourtant, la journée de Carl, propriétaire du bar Le Lindsay à Drummondville, s’annonce normale. Le seul événement vraiment étrange est la visite de cette inconnue qui lui annonce quelque chose de troublant. Mais comme il s’agit sans doute d’une blague de mauvais goût, Carl se concentre plutôt sur les festivités du 20e anniversaire de son établissement qu’il prépare avec minutie. Car l’homme de cinquante et un ans, malgré quelques déceptions (comme sa séparation après vingt-huit ans de vie en couple) a toujours contrôlé son existence et aujourd’hui, il considère qu’il mène la vie presque parfaite qu’il mérite. « … sauf qu’à partir de 17:05, l’anniversaire de son bistrot sera le dernier de ses soucis. Comme tout ce qui concerne l’organisation de son quotidien, d’ailleurs. »

Illustration de couverture: Jeik Dion

Lancement – Le meilleur dernier roman avec Claude La Charité

Le jeudi 12 avril 2018 à 17h30

Claude La Charité lancera son premier roman intitulé paradoxalement Le meilleur dernier roman et publié à L’instant même. L’événement sera animé par Pascal Bastien, professeur d’histoire moderne à l’UQAM.

Meilleur dernier roman (Le)
La Charité, Claude
L'INSTANT MÉME
ISBN 9782895024101
21.95 $Disponible

Pour nous récompenser, nous tenions notre réunion finale au restaurant. C’était une façon de nous hausser au rang de l’Académie Goncourt qui, chaque année, délibère chez Drouant et trouve le moyen, entre la poire et le fromage, de s’entendre à l’unanimité ou à la majorité simple sur un gagnant. Par dérision, je nous avais pompeusement rebaptisés l’Académie Anthume et j’avais réservé six places à la meilleure table en ville, Le luxe d’Apicius. Contrairement aux membres de l’autre académie, nous n’avions pas de couverts vermeils gravés à notre nom. Du reste, ils sont dix et nous n’étions que six. Mais à ces différences près, il n’est pas exagéré de dire que l’Académie Anthume valait bien l’Académie Goncourt. Même propension à parler de livres qu’on n’a pas lus ou alors pas entièrement ou trop vite, même impression exagérée d’appartenir à l’histoire, même conviction de fabriquer la postérité par l’onction d’un prix dont les voies, comme celles du Seigneur, sont impénétrables.

Titulaire d’une chaire de recherche à l’Université du Québec à Rimouski, Claude La Charité a été professeur invité au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours en 2009 et à l’UFR de Langue Française de l’Université Paris-Sorbonne en 2015. Ancien président de la Société canadienne d’études de la Renaissance, il est membre du bureau de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle et correspondant de la Société d’histoire littéraire de la France. Lauréat du Prix d’excellence en recherche du Réseau de l’Université du Québec en 2006, il a obtenu un prix de vulgarisation de l’ACFAS en 2008 et la Distinction Alcide-C.-Horth en 2013.

Lancement – Le Québec à 5 km/h avec Nathalie Le Coz

Le mardi 10 avril à 17h30

La librairie Zone libre et les Éditions Fides sont heureuses de vous inviter au lancement du livre de Nathalie Le Coz, Le Québec à 5 km/h: sur les sentiers et rivières des explorateurs.

Consultez l’événement Facebook.

Québec à 5 km/h (Le). Sur les sentiers et rivières des explorateurs
Le Coz, Nathalie
FIDES
ISBN 9782762141009
29.95 $Disponible

Suivez les traces de Samuel de Champlain, de Napoléon Comeau, de Jacques Rousseau, de Jos Hébert, de Joseph-Laurent Normandin, de Charles Albanel, de Henry David Thoreau et de plusieurs autres…

Emboîtez le pas aux premiers explorateurs, à ceux qui n’écoutant que leur courage ont sillonné ce coin d’Amérique qu’est le Québec. Ils ont laissé des traces, mis par écrit leurs observations. Leurs voix résonnent encore à travers cet ouvrage. Laissez-les vous parler des rivières et des sentiers qu’ils ont empruntés.

Du fleuve à la baie James, en passant par la Côte-Nord, le Grand Portage du Témiscouata, les monts Otish, les Chic-Chocs, la Métabetchouane, sans oublier les Laurentides et l’Outaouais, suivez leurs déplacements. Vous découvrirez avec eux des régions d’une beauté saisissante.

Mais n’hésitez pas aussi à chausser vos souliers de randonneurs. Accédez aux sentiers actuels et aux parcours canotables passant directement sur les traces des anciens ou en périphérie. Pour chaque parcours ou lieu suggéré, un lien Internet réfère à la source de renseignements pratiques. Des cartes permettent de suivre les routes des anciens et de repérer l’accès aux parcours actuels.

Nathalie Le Coz arpente et canote le territoire avec une curiosité et un plaisir inépuisables depuis plus de 20 ans. Sa formation en anthropologie modèle son angle d’observation du monde, sa lecture de récits des anciens, son intérêt pour les gens et leurs pratiques. Elle cumule les interventions en milieu muséal en métiers d’art, de même qu’en histoire et en archéologie. Elle a publié deux ouvrages aux Éditions Fides : Découvrir le Bas-Saint- Laurent. Nature et culture (2007) et Gourmands de nature. La cuisine en plein air de la petite à la grande aventure (2009).

Lancement – Cruelty free : le guide pour une vie 100 % végane avec Sabine Brels

Le vendredi 6 avril à 17h

Un guide pratique qui présente des conseils et astuces tant dans le domaine de l’alimentation que dans celui des cosmétiques, des vêtements ou des produits ménagers, pour les personnes qui veulent pratiquer le véganisme et tendre vers un mode de vie le plus respectueux possible des animaux.

Consultez l’événement Facebook.

Cruelty-free. Le guide pour une vie 100 % végane
Hachette Pratique
ISBN 9782017035527
32.95 $Disponible

Lancement – Journal d’une nouvelle enseignante

Le jeudi 5 avril à 17h

Venez rencontrer l’enseignante Eryka Desrosiers qui a le plaisir de présenter son premier livre, «Journal d’une nouvelle enseignante».

Apprivoiser le marché du travail n’est pas toujours facile, les remises en question sont nombreuses et trouver sa place peut être ardu. C’est dans le but de rejoindre les finissants en enseignement qu’Eryka Desrosiers s’est lancé dans l’écriture de ce livre. Présentant différentes situations vécues par cette jeune professionnelle, l’ouvrage offre aussi des solutions pour affronter les journées plus difficiles. Comme quoi il ne faut jamais baisser les bras!

Consultez l’événement Facebook.

Journal d'une nouvelle enseignante. De l'université à la salle de classe
Desrosiers, Eryka
PRESSES DE L'UNIVERSITÉ LAVAL (PUL)
ISBN 9782763737867
21.95 $Disponible

Café Histoire – Léonard de Vinci, homme de guerre avec Pascal Brioist

Le mercredi 4 avril à 17h

Venez assister en grand nombre au prochain Café Histoire, autour du livre « Léonard de Vinci, homme de guerre », par Pascal Brioist.

Consultez l’événement Facebook.

Léonard de Vinci, homme de guerre
Brioist, Pascal
Alma éditeur
ISBN 9782362790706
44.95 $Disponible

Présentation :

« L’historien retrace la carrière de Léonard de Vinci, en tant qu’ingénieur militaire parcourant l’Italie dans le sillage des chefs de guerre et des potentats. Qu’il s’agisse de ses armes contre la cavalerie, de ses machines de siège, de ses fortifications ou de son perfectionnement la poudre à canon, l’auteur dévoile les multiples contributions de l’inventeur à l’art militaire.

Léonard de Vinci consacra le plus clair de son temps à la guerre plutôt qu’à la peinture. Lorsqu’il propose en 1482 ses services au duc de Milan, le génial autodidacte vante ses talents d’ingénieur : construction de ponts, machines de siège, fortifications, bombardes, chars de combat, catapultes… L’art n’apparaît qu’en fin de liste. Travaillant à partir de sources négligées, souvent inédites, Pascal Brioist suit la carrière d’un ambitieux qui parcourt l’Italie dans le sillage de Ludovic le More et César Borgia, chefs de guerre et politiques. Autour de Léonard, l’historien raconte la prodigieuse vitalité, la brutalité et les raffinements de la Renaissance italienne. Il révèle un personnage bien différent de l’artiste entré dans la légende : un homme modelé par son expérience de la guerre, des massacres et des ravages. La Renaissance italienne fut aussi, et peut-être d’abord, un champ de bataille. »

Lancement – Libérer la colère

Le jeudi 29 mars à 18h

Nous sommes en colère! Ce fut une révélation. Une épiphanie. Ce sentiment est tellement honni pour les femmes. Nous vivions dans le déni. Nous ravalions le grondement. Déjà le dire. Se l’avouer. L’écrire. Le hurler. Nous sommes en colère. C’est le début de la libération.

Consultez l’événement Facebook.

Libérer la colère
Collectif
REMUE-MÉNAGE
ISBN 9782890916203
20.95 $Disponible

Geneviève Morand et Natalie-Ann Roy croient que si les femmes manquent de pratique, leur colère est nécessaire. Elles ont décidé de la prendre au sérieux, et de lui ouvrir un espace. Cette colère accumulée, longtemps cachée pour préserver les apparences d’harmonie, se déploie ici comme une puissance politique méconnue. Ce livre rassemble les témoignages, les coups de gueule et les réflexions d’auteures aux réalités variées. Ensemble, elles pulvérisent le mythe de la femme supportant les outrages en silence, comme celui de l’hystérique aux emportements absurdes. Leur indignation s’explique et s’assume; encore faut-il avoir le courage de les écouter…

Avec des textes de Dalila Awada, Laurence Bergeron, Emilie Sarah Caravecchia, Natacha Clitandre, Sabrina Clitandre, Yolande Cohen, Alexa Conradi, Toula Drimonis, Anne Florentiny, Kristen Ford, Élodie Gagnon, Amélie Gillenn, Andréanne Graton, Gaëlle Graton, Véronique Grenier, Marilyse Hamelin, Mariane Labrecque, Aurélie Lanctôt, Marie-Laure Landais, Marie-Claude Lortie, Melissa Mollen Dupuis, Geneviève Morand, Pénélope McQuade, Véronique Pion, Noémie Pomerleau-Cloutier, Marianne Prairie, Natalie-Ann Roy, Shahad Salman, Carolane Stratis, Josiane Stratis, Elkahna Talbi (Queen Ka), Danielle Veilleux, Jocelyne Veilleux, Cathy Wong.

Conférence d’André Caron: les adaptations cinématographiques de Frankenstein

Le mardi 27 mars à 17h30

À l’occasion de la sortie du livre «Frankenstein lui a échappé», L’instant même vous invite à assister à une conférence d’André Caron sur les adaptations cinématographiques de Frankenstein.

La conférence sera suivie d’un vin d’honneur et d’une séance de dédicaces de son livre par André Caron.


Frankenstein lui a échappé. Les tourments cinématographiques d'un mythe moderne
Caron, André
L'Instant même
ISBN 9782895024088
22.95 $Disponible

Publié à l’hiver 1818 alors que sa jeune auteure Mary Shelley n’avait que vingt ans, Frankenstein allait devenir un monument de la littérature anglaise, signaler une mutation dans le genre horreur gothique, établir les bases de la science-fiction, devenir avec Dracula l’un des deux piliers de la mythologie contemporaine liée au fantastique et engendrer plus de cent cinquante films depuis 1910.

Pourtant, de toutes ces oeuvres, aucune ne semble vraiment aborder directement le thème principal du roman, ni traiter les personnages de Victor Frankenstein et du Monstre comme l’auteure les avait envisagés. Comment les scénaristes et réalisateurs ont-ils abordés Victor Frankenstein et son monstre dans ces films ? Malgré les digressions s’éloignant du roman et le glissement progressif des rôles de Victor et du monstre, quelles sont les oeuvres qui se démarquent et qui apportent des variations dignes de mention et originales ? Quelles sont les fausses adaptations qui, malgré leurs prétentions, trahissent l’esprit même du roman et les personnages sans insuffler aucune idée nouvelle ? Quels sont les films qui se distinguent dans l’histoire du cinéma ?

Avec Frankenstein lui a échappé, André Caron répondra à ces questions en décortiquant une quinzaine de films qui ont contribué à alimenter le mythe de Frankenstein, sur les plans historique, thématique, cinématographique et esthétique.

Café Histoire – Femmes et/en histoire: savoirs et combats

Le jeudi 8 mars à 17h30

Texte repris de l’événement Facebook.

À partir de la fin des années 1960 et du début des années 1970, des historiennes ont commencé à montrer que « les femmes sont dans l’histoire, les femmes ont une histoire et les femmes font l’histoire » (Dumont, 2001). Dans les décennies qui ont suivi, les champs de l’histoire des femmes et du genre sont devenus foisonnants et ne cessent encore aujourd’hui de s’enrichir et de se développer – la multiplication et la popularité grandissantes des séminaires, cours, recherches, colloques, etc. liés à ces domaines venant le prouver.

Toutefois, force est de constater que « si les recherches en histoire des femmes menées au cours des dernières décennies ont contribué à faire émerger un nouveau champ de connaissance, celui-ci n’a toujours pas été intégré dans l’histoire officielle » (Dumont, 2013). Certes, le champ de l’histoire des femmes et du genre n’est pas marginal ni négligé. Car même si, comme le soutenait Andrée Lévesque en 2012, « quiconque est familier avec les recherches nombreuses en histoire des femmes tente d’intégrer les femmes à l’histoire et non pas de les laisser dans la marge », il reste encore du chemin à faire pour transformer à la fois la discipline historique et la mémoire collective.

L’histoire des femmes a un pouvoir mobilisateur et est un puissant instrument de conscientisation (Dumont, 2011). Elle est essentielle pour comprendre les changements sociaux et politiques actuels et donner des outils aux femmes pour se projeter dans l’avenir. Elle est politique. Nous voulons réfléchir aux questions des savoirs et des combats des femmes en histoire et dans l’histoire.

Nous croyons que d’ouvrir une discussion, dont le point de départ est l’ouvrage de Micheline Dumont: « Pas d’histoire, les femmes! Réflexions d’une historienne indignée » (Éditions du remue-ménage, 2013), entre des historiennes de différentes générations peut contribuer aux transformations que nous souhaitons voir s’opérer au sein de la discipline historique. Nous vous invitons à vous joindre à Christine Chevalier-Caron, Adèle Clapperton-Richard, Micheline Dumont, et Andrée Lévesque afin d’assister et de prendre part à ce dialogue le 8 mars, Journée internationale des femmes. L’événement se tiendra à la librairie Zone Libre dans le cadre d’un Café Histoire et prendra la formule d’une table ronde, suivie d’une période de questions ouvertes et d’une discussion avec le public.

La table ronde avec les interventions de :

  • Christine Chevalier-Caron, Candidate au doctorat en histoire à l’UQAM, coordonnatrice au groupe de recherche Histoire, femmes, genre et migrations
  • Adèle Clapperton Richard, Candidate à la maîtrise en histoire à l’UQAM
  • Micheline Dumont, historienne
  • Andrée Lévesque, historienne

La discussion sera animée par Magda Fahrni, professeure au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal.

[livre_vignette isbn= »9782890914476″]


Référence de la photo : Manifestation inter-centrale lors de la Journée des femmes, Parc Préfontaine, sortie du métro Préfontaine, Montréal / Henri Rémillard – 1979 . BAnQ Vieux-Montréal COTE : E6,S7,SS1,D790277 À 790278.

UPop – Les groupes d’extrême droite au Québec

Alors que les partis d’extrême droite récoltent de plus en plus de vote en Europe, comme le démontre les dernières élections en Allemagne et en France, qu’en est-il des groupes d’extrême droite au Québec ? Ceux-ci semblaient inexistants encore récemment, dans les médias du moins, pourtant les événements récents autour des migrants nous font voir le contraire. Qui sont ces groupes ? Sont-ils nombreux ? Remportent-ils l’adhésion d’une part croissante de la population ? Et, surtout, quelle influence peuvent-ils avoir dans la vie politique québécoise ?
(Source : UPop)


1. Qu’est-ce que l’extrême droite québécoise?

Le lundi 19 février à 19h (événement Facebook)
Cette première séance abordera la question des différentes manifestations de l’extrême droite, au Québec et dans le monde, en Europe et aux États-Unis principalement. Les thèmes et sujets abordés comprendront l’extra-parlementarisme de l’extrême-droite québécoise, les moyens par lesquels elle pourrait influencer et investir la sphère parlementaire, l’influence de l’extrême droite québécoise sur les réseaux sociaux ainsi que les liens et les rapports entretenus par les organisations québécoises d’extrême droite avec les groupes d’extrême droite européens et américains.


NOTER QUE LES SÉANCES 2, 3 ET 4 NE SERONT PAS DONNÉES DEVANT PUBLIC (voir le communiqué de l’UPop à cet effet)


2. Cartographie de l’extrême droite québécoise

Le lundi 5 mars (événement Facebook)
La deuxième séance présentera les principaux groupes d’extrême droite actifs au Québec et les rapports complémentaires qu’ils entretiennent entre eux. Après avoir présenté les principaux groupes, nous étudierons leurs fonctions respectives, les rôles qu’ils jouent et leurs idéologies : réformistes/révolutionnaires, conservateurs/indépendantistes ou » binationalistes. Seront abordés également le déni du racisme par l’appel à la » québécophobie » ainsi que les dynamiques de replis sécuritaires et identitaires.


3. Haines d’aujourd’hui, les moteurs de l’extrême droite

Le lundi 19 mars (événement Facebook)
Au cours de la troisième séance, il sera question des objets de haine des groupes québécois d’extrême droite, en particulier de leur islamophobie. Les sujets et thèmes abordés seront les racines de l’islamophobie, notamment, les guerres au terrorisme et l’intolérance religieuse, l’amalgame « islam-islamisme-terrorisme », la laïcité et la haine du « multiculturalisme », le mouvement « anti-antifa » et la « gauche régressive », enfin, le racisme, l’anti-sémitisme larvé, la haine des autochtones et l’homophobie.


4. Droite identitaire et extrême droite identitaire : les courroies de transmission

Le lundi 2 avril (événement Facebook)
La quatrième et dernière séance s’intéressera aux moyens par lesquels les idéologies d’extrême droite et leurs représentants peuvent être combattues. Les sujets et thèmes abordés se rapportent à l’influence de certains médias dans la formation des groupes d’extrême droite, aux rapports instrumentaux à l’immigration, à la bidirectionnalité des sphères d’influence (du politique à l’extra-politique), en ayant cette question en tête : comment mettre en échec l’extrême droite?